Bonne Année !

raphael, homat, résolutions, préparation, mentale,

On prend de bonnes résolutions ou on se fixe un bon objectif ?

En cette période de l’année, le moment est idéal pour souhaiter les vœux de bonne année à son entourage.

 

C’est aussi le temps des bonnes résolutions, pour soi… et c’est là que les choses se gâtent ! ;-)

 

Souvent, elles ne sont tenues qu’un court instant,  avant de reprendre ses habitudes antérieures.

 

On s’était pourtant promis de changer, de tenir et puis… non. Le mois de janvier n’est pas terminé que les résolutions sont oubliées.

 

En discutant avec un proche pendant les fêtes, nous avons amorcé une conversation sur le sport de haut niveau. Mon interlocuteur me demandait : « Comment font les sportifs de haut niveau pour ne pas se lasser de s’entrainer quotidiennement ? »

 

Il peut être en effet impressionnant, voire étonnant, de constater les heures quotidiennes que passent des sportifs de haut niveau à s’entrainer. Certains les ajoutent à leurs heures de travail ou d’études. Les semaines sont alors très remplies et on pourrait comprendre légitimement qu'ils jettent l’éponge, abandonnent en cours de route devant tant de contraintes.

 

Je fréquente quotidiennement des sportifs de haut niveau et la question de la lassitude à l’entrainement ne se pose quasiment jamais.

Ils ne sont généralement pas arrivés à ce niveau par hasard. Ils savent où ils veulent aller et ce qu’ils sont prêts à faire pour atteindre leurs objectifs. C’est un point essentiel.

 

C’est parce que l’on est profondément convaincu par l’objectif que l’on s’est fixé et par les moyens d’y arriver que l’on ne se lasse pas !

Les bonnes résolutions sont souvent prises avec trop de légèreté et l’enjeu n’est pas suffisamment prégnant  pour résister à l’usure du temps.

 

Alors plutôt qu'une bonne résolution optez pour un bon objectif !

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Jean (dimanche, 01 février 2015 10:41)

    Bonjour,
    Bravo pour ce blog intéressant et bonne année à vous !
    Jean R.