Sofiane Boufal : Un Compétiteur-Artiste

Le Maitre, L'Artiste et le Corps (2)

J’écrivais voilà quelques mois, un article sur le Maitre, l’Artiste et le Corps. Je présentais ces deux « personnages » et leur influence sur le corps.

 

L’interview de Sofiane Boufal, joueur professionnel du LOSC, passé par le SCO d’Angers et par l’Intrépide d’Angers, m’invite à revenir sur cette notion. Elle est très bien présentée par le joueur.

L'Artiste pendant la compétition

Entre en scène, dans les moments de compétition, l’Artiste. Un peu comme un guitariste enchaine les accords, sans vraiment y réfléchir, devant une foule en délire, le sportif peut réaliser une performance qu’il maitrise parfaitement. L’Artiste rend le Corps intelligent, fluide, adaptable. Sans se poser de question.

Sofiane Boufal ne le dit pas autrement quand il dit : «  Je me demande comment j’ai fait. » Le joueur a, alors atteint le plus haut niveau d’apprentissage. Celui où l’on fait les performances sans se poser de questions. On est inconsciemment compétent. L’Artiste peut alors se faire plaisir et prendre les commandes du Corps.

Le Maitre pendant l'entrainement

Pour en arriver là, il a tout de même fallu beaucoup de travail. Ça, c’est le rôle du Maitre. Celui qui planifie, rationalise, étudie. Il permet de se fixer des objectifs et il permet au Corps de progresser. D’une certaine façon il construit l’Artiste. Retournons lire ce que nous dit Sofiane Boufal dans l’Equipe du jour :

On voit clairement que ce qu’il réalise avec dextérité et aisance tous les week-ends sur les terrains de ligue 1 est le résultat d’un long processus où la performance était décortiquée.

Sofiane Boufal, sait visiblement très bien orchestrer les temps de présence des 2 personnages que sont le Maitre et l’Artiste. Le premier est présent à l’entrainement quand le second s’exprime en compétition. Certains font l’inverse. Leur avenir sportif est alors plus incertain.

crédit photo : Jean-Louis Fel / L’Équipe

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Baptiste (vendredi, 21 août 2015 14:37)

    Bonjour,
    Je me retrouve dans votre article.
    Je joue au tennis en compétition et me trouve très souvent dans cette situation, où ma raquette commande ma tête et mes jambes... mais pas toujours à bon escient...
    Merci pour vos articles,
    Baptiste M.

  • #2

    Raphaël (vendredi, 21 août 2015 17:30)

    Bonjour Baptiste,

    merci pour votre commentaire.
    C'est déjà un élément très encourageant si vous êtes régulièrement dans une gestuelle "automatique" en matchs. Certaines personnes sont incapables de basculer en mode "artiste" pendant la compétition, surtout dans un sport comme le tennis. Après, bien sur, les choix ne sont pas toujours pertinents, mais le travail paie toujours ! Au plaisir d'échanger de nouveau avec vous.