L'imagerie mentale

Intérêts de l'imagerie mentale

Découvrez les principales utilités de l'imagerie mentale

imagerie mental, skicross, Jean-Frédéric Chapuis, champion olymique, champion du monde, intérieur sport, préparation mentale
Capture d'écran d'Intérieur Sport

Vous avez peut-être à l’esprit ces images de skieurs se concentrant et mimant avec leurs mains les virages qu’ils s’apprêtent à réaliser « réellement », comme ci-dessus Jean-Frédéric Chapuis, champion Olympique et champion du monde de skicross.

Nous allons voir dans cet article que l’imagerie mentale est un très bon outil dans l’entrainement technique, la gestion des émotions et des temps de récupération, qui font partie de l’entrainement invisible.

L'imagerie mentale, c'est quoi ?

On évoque l’imagerie mentale ou encore la visualisation lorsqu’une personne va se représenter mentalement une situation, une action en intégrant le maximum d’éléments pertinents du VAKOG. En effet, les 5 sens peuvent être sollicités même si régulièrement la vue, l’audition et la kinesthésie (le toucher, les sensations de déplacement…) sont les 3 plus utilisés. Il est donc important de bien comprendre que derrière le terme d’imagerie mentale ou de visualisation, nous ne cherchons pas à travailler « que » sur la vision. Lors d’une séance de préparation mentale, un footballeur pourra tout à fait se centrer sur ses sensations d’appuis sur un terrain gras, sa réalisation d'une reprise de volée, le contact du pied avec la balle et  le bruit « mat » d’une bonne frappe de balle.

La relation entre l’imagerie mentale et la technique ?

La technique consiste à être capable de prendre la bonne décision et d’avoir la bonne exécution motrice par rapport au contexte qui nous entoure. Elle se décompose en 3 temps brefs :

 

- La perception : quelque soit votre sport, vous tenez toujours compte de votre environnement : placements des partenaires, adversaires, vitesse du ballon, … 

- La décision : par rapport aux éléments retenus de la première étape, vous allez décider de l’action que vous voulez réaliser.

- L’exécution : elle est le résultat des deux premières étapes et de vos capacités physiques.

 

Pour progresser techniquement, il est donc nécessaire de s’entrainer à fluidifier ces trois étapes. Les deux premières sont uniquement mentales ! Et se développent également par la pratique des jeux vidéos, de la slackline...

 

Les neurosciences ont montré que le fait de réaliser une action motrice ou d’imaginer la réaliser activait le cerveau de la même façon. Autrement dit, notre cerveau ne fait pas la différence entre ce que l’on réalise et ce que l’on imagine réaliser. C’est un axe de travail très intéressant pour les sportifs et entraineurs. Car en plus de rendre l’athlète plus performant, l’imagerie mentale n’est pas un facteur de blessures, comme peut l’être la répétition excessive d’un même geste, parfois à intensité maximale.

Mettre en place l’imagerie mentale dans un travail technique ?

Vous allez vous entrainer à visualiser une séquence motrice,  pour l’améliorer, la renforcer et être capable de la réaliser ensuite de manière optimale en compétition. Il est alors essentiel d’avoir la bonne représentation mentale de l’exécution à réaliser. Pour se faire, le travail à partir de la vidéo est intéressant.

Dans la vidéo ci-dessus, nous voyons Pierre-Alexandre DUT, joueur de Narbonne réaliser un tir entre les poteaux. Cette séquence peut être retravaillée en visualisation. Sur un travail technique, le sportif pourra s’exercer à changer d’angle de vision, de dos, de face… réaliser des zooms sur les points techniques importants : les appuis, orientation du bassin… modifier sa position sur le terrain... Tout est possible en imagerie mentale. L’essentiel est, encore une fois, d'être sûr de la bonne représentation du geste à réaliser. Ce travail mental va aider votre cerveau dans la commande motrice en situation « réelle ». Par cette technique, il avait amélioré son pourcentage de transformation.

 

Nous avions aussi utilisé cette technique avec Perle Maunoury avant son podium aux championnats de France de Cross.

 

formation, préparation mentale, sport, raphael homat, préparateur mental
imagerie mentale, visualisation, VAKOG, préparation mentale, performance, sport

Relation entre imagerie mentale et gestion des émotions

En compétition vous ressentez du stress ? Celui-ci arrive toujours dans le même contexte et vous trouvez qu’il nuit à votre performance. Vous revenez de blessure et vous appréhendez le retour à l’entrainement physique, la compétition ? L’imagerie mentale va vous aider. En travaillant mentalement sur des éléments passés ou futurs que vous jugez anxiogènes, vous pouvez modifiez votre perception de ces situations.

Mettre en place l’imagerie mentale dans un travail de gestion des émotions ?

Thierry Lincou est un joueur de squash qui a été numéro 1 mondial. Le fait de rencontrer un joueur du top 10 l’a longtemps gêné. Il arrivait face à eux avec appréhension, comme si sa défaite était déjà actée. Dans le livre Le mental des champions de Ripoll, il nous explique en quoi la visualisation lui a permis d’être plus performant   : « Je me représentais au centre d’un cercle de tous les meilleurs mondiaux du top 10. (…) Je leur serrais la main et je leur disais :

"Maintenant c’est mon tour, c’est moi le plus fort, c’est moi qui vais être le Numéro Un mondial". » Ce travail entrepris lui a permis de modifier la représentation de ses adversaires et d’aborder ses matchs avec un état d’esprit différent.

 

Une autre méthode peut-être le SIT (stress inoculation training). Comme je l’ai mentionné plus haut, notre cerveau ne différencie pas ce qui nous arrive de ce que nous imaginons. Cette méthode consiste à confronter, par petites touches, notre cerveau à une situation stressante. Le SIT a fait ses preuves pour les sportifs blessés en phase de réathlétisation. Il est évident que le mental tient une place importante dans le retour de blessure.

 

imagerie mentale, visualisation, préparation mentale, raphael homat, gestion du stress, gestion des émotions

Vous avez le vertige ? L’exercice suivant est pour vous. Installez vous confortablement dans votre fauteuil, fermez les yeux, respirez profondément puis… imaginez-vous en haut d’un building new-yorkais. Visualisez vos pied au bord de l’immeuble, plusieurs centaines de mètres plus bas les voitures, les taxis jaunes,… Comment vous sentez-vous ? Vous avez les mains moites ? Votre cœur s’est accéléré ? Pourtant vous saviez que vous étiez dans votre fauteuil. Le SIT reprend ce principe là.


Par doses « homéopathiques », le préparateur mental va travailler avec le sportif sur des éléments qui le stressent, par exemple, le retour à la compétition après une blessure. Ce travail de visualisation va permettre peu à peu au cerveau de trouver les ressources de redéfinir cette situation et de l’aborder différemment.

La relation entre l’imagerie mentale et la récupération

C’est peut-être la relation la plus évidente des 3 présentées dans cet article. En vous créant des images de références « zen » utilisant le VAKOG, vous allez pouvoir rapidement faire évoluer votre état interne vers plus de calme et de sérénité. Cette capacité est essentielle pour l’assimilation de l’entrainement physique. Savoir récupérer rapidement est une chance, voire un devoir pour un sportif professionnel.

 

J’ai travaillé il y a quelques temps avec un joueur de Sedan, à l’époque où le club était en ligue 2 et se déplaçait donc fréquemment en car plusieurs heures. Je lui ai appris à se mettre rapidement en état de relaxation grâce à la visualisation. C'est un gage de performance pour la semaine d'entrainement à venir.

 

Vous voulez tester l'imagerie mentale ? C'est parti !

Essayez ce petit exercice et dites moi ce que vous en pensez dans les commentaires ! Il a été réalisé par 3 étudiants ou j'intervenais avec Mathieu Constant un préparateur physique et Grégory Bourillon footballeur professionnel au SCO, passé par le PSG et formé de Stade Rennais.

Pour aller encore plus loin et tout maitriser de l'imagerie mentale

imagerie mentale, visualisation, VAKOG, préparation mentale, performance, sport

Je veux profiter de

La Promotion

et surtout...


                                                                   

Écrire commentaire

Commentaires : 4
  • #1

    Pierrick (mardi, 22 septembre 2015 18:26)

    Merci pour cet article ! (je découvre votre blog)
    L'imagerie mentale offre de nombreuses perspectives !

  • #2

    Mustapha (jeudi, 27 avril 2017 17:05)

    Quelques sont les exercices de limagerie mental appliqué direct chefs boxeurs et merci pour cette article précédent c interissent

  • #3

    Mustapha (jeudi, 27 avril 2017 17:07)

    Les exercices de l'imagerie mentale
    que en applique direct chez les boxeurs

  • #4

    Raphaël (jeudi, 27 avril 2017 20:57)

    Merci pour vos messages Mustapha, je vous réponds en privé.