La préparation mentale dans les clubs de football

Un article du quotidien l’Equipe intitulé « Les Lyonnais recadrés » nous apprenait la semaine dernière que le club souhaitait reprendre la main face à un groupe qui n’en est pas vraiment un, d’après certains observateurs.

Depuis le début de cette saison, sont régulièrement relatées des mésententes dans le vestiaire, explications musclées, un manque de cohésion sur le terrain, une intégration difficile des recrues…

Les joueurs de l’Olympique Lyonnais sont les premiers responsables de cette situation selon Jean-Michel Aulas et Hubert Fournier qui demandent et attendent une réaction.

Les footballeurs professionnels sont des salariés...

Lequel de ces 2 joueurs fait de la préparation mentale ? Réponse dans la page témoignages
Lequel de ces 2 joueurs fait de la préparation mentale ? Réponse dans la page témoignages

Là où le golfeur et le tennisman professionnel sont des chefs d'entreprise et embauchent leur entraineur, leur préparateur physique, mental, kiné... Les footballeurs professionnels sont dans un environnement complètement différent.

 

Comme tout salarié d’une entreprise, il est mis à leur disposition l’ensemble du matériel, infrastructure et compétences nécessaires pour être le plus performant possible. Ainsi, dans le cas qui nous intéresse ici, le joueur de football professionnel a accès à des séances d’entrainement, de préparation physique (plus ou moins intégrées à l’entrainement) à des soins de récupération type massages, des soins médicaux… Tout est réuni pour que le week-end ce sportif de haut niveau puisse être efficace et répondre aux attentes que le club place en lui et l’équipe entière.

... Mais pas pour la préparation mentale !

On vient de le voir. Au niveau physique, technique et tactique, tout est pris en charge par le club pour que le joueur de football professionnel, salarié du club, soit performant. Tout sauf un élément de la performance : la préparation mentale.



"Le manque de confiance est flagrant,

comme l'est cette incapacité à se rebeller."

Jean-Michel AULAS


Alors que l’on sait que le mental tient une place prépondérante dans la performance réalisée, la plupart des clubs de football laisse le travail mental à la discrétion du joueur.

Si une équipe, ou un joueur flanche physiquement dans les dernières minutes de ses matchs… on travaille le physique.

Si une équipe a du mal à respecter le projet tactique du coach, ce point sera retravailler à l’entrainement, sans doute complété par du travail vidéo.

Si une équipe a des problèmes de cohésion, de confiance, de concentration, on fait… pas grand-chose dans la plupart des cas. Cela va être mentionné comme l’a fait la semaine dernière Hubert Fournier :

« Vous pouvez compter sur nous pour leur faire comprendre qu’on n’est pas véritablement une équipe à la fois sur le terrain et en dehors. » C’est tout de même dommage de faire ce constat fin novembre. On peut se demander pourquoi. Pourquoi n’est-ce pas une équipe ? Y-a-t-il des éléments à travailler pour développer la cohésion au sein d’un groupe ? La réponse est oui, bien entendu.

 


A titre individuel, la problématique est la même. Corentin Tolisso cristallise visiblement certains maux des joueurs de l’Olympique Lyonnais. L’entraineur dit de son joueur : « Sur le plan mental, il doit travailler. Est-ce que c’est un problème d’attitude ? ça en fait partie. »

Et si rien de concret ne se passe ? L’entraineur envisage de le mettre sur le banc ou peut-être en tribune : « Ce n’est pas souhaitable et ce sera la dernière solution. Mais s’il n’y a pas de réaction, cela peut passer par là. »

En résumé, le coach et l’entraineur ont identifié des problèmes mentaux, collectifs et individuels. Et là où dans le secteur physique ou tactique, une solution de travail planifiée serait proposée, au niveau mental on dit aux joueurs de se débrouiller. Le président Aulas pense avoir fait le maximum. Dans une lettre adressée aux joueurs il écrit : « J’ai tout fait pour vous, je vous ai mis dans les meilleures dispositions. (…) Je vous ai revalorisés, vous avez les clés ! » En d’autres termes :  "Puisque je vous paye plus, il ne devrait pas y avoir de problème."

Récemment, une étude de la FIFPRO faisait état du niveau élevé d’anxiété chez les footballeurs professionnels. L’argent ne solutionne pas tout. Encore de nombreux clubs professionnels se refusent à intégrer la préparation mentale dans les aides à la performance de leurs joueurs.

 

C’est une décision surprenante quand on sait que les habiletés mentales s’améliorent avec le travail (gestion du stress, concentration, confiance en soi, contrôle émotionnel,…) et que de plus en plus de personnes se forment, dans des universités notamment, à la préparation mentale !


Forts de ce constat, de plus en plus de footballeurs professionnels ou en devenir sollicitent les services d'un préparateur mental afin d'aborder leur métier dans les meilleures conditions.

Jonathan N'Sondé, Raphaël Homat, préparation mentale, football, attaquant, FC Nantes
Jonathan N'Sondé à l'entrainement

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le ! ;)

Crédits photos :

Eurosport, 10Sport, SMC,

Écrire commentaire

Commentaires : 0