"Finale" OL contre AS Monaco : une question de mental ?

Le Mental garantie-t-il le résultat ?

Samedi prochain, aura lieu ce que certains acteurs de la Ligue 1 appellent une finale ou un « match à 6 points ».

Il s’agit du match entre l’Olympique Lyonnais et l’AS Monaco. Le 2ème contre le 3ème, qui ont le même nombre de points, à deux journées de la fin du championnat. Cela représente forcément un match à enjeu particulier. Grâce à sa différence de buts, si l’Olympique Lyonnais l’emporte, il validera sa participation directe à la prochaine Ligue des Champions.

Où l’importance du mental ressurgit...

Comme souvent, dans les moments clés d’une saison, le mental refait son apparition. C'est aussi le cas après un changement d'entraineur, comme je l'évoquais dans un précédent article.

 

Dans l’Équipe d’aujourd’hui, Jean-Michel Aulas, président de l’OL dit à propos du match de samedi : « On sait que si on a le mental nécessaire pour s’imposer, on sera en Ligue des champions. On va donc voir si nos joueurs sont des hommes avec un mental supérieur. »

Toujours dans l’Équipe du jour, l’entraineur lyonnais, Bruno Génésio prédit que « La gestion des émotions va être très importante. »


"Si on a le mental nécessaire pour s'imposer, on sera en Ligue des champions."

Jean-Michel Aulas


Ce n’est pas moi qui vais les contredire, tant je pense qu’il y a en effet une relation entre les pensées, les émotions et la performance. Si vous êtes régulier sur ce blog de préparation mentale, vous commencez à le savoir et à connaître le beau triangle ci-dessous! :-)

Oui, le mental fait entièrement partie des facteurs de la performance. Par exemple, il induit le niveau d’activation : c'est-à-dire le niveau d’excitation avant et pendant une rencontre.

 

Je vous donne un exemple :

Vous avez une VMA de 20km/h. Ce résultat a été obtenu en faisant un VAMEVAL, un léger boucher, ou un luc léger, peu importe. Quoiqu’il en soit, ce test de vitesse maximale aérobie s’est fait, la plupart du temps, dans des conditions non stressantes, sans enjeu particulier à l’entrainement. Lors d’un match avec un enjeu important, il est possible que cette VMA passe à 18km/h…

Pourquoi ? A cause du niveau d’activation ! Si vous êtes trop « excité » par une situation, voire stressé ou anxieux, cela modifie votre relâchement musculaire. Vous êtes plus tendu et cela altère vos échanges gazeux, car votre inspiration est incomplète. Alors que durant le test de VMA, vous aviez des échanges gazeux optimaux ; là, votre respiration devient thoracique et votre capacité à répéter des sprints en pâtit. J’ai déjà eu le cas de plusieurs joueurs de foot me disant, à l’issue d’un match important : « Après 10 min de jeu, je n’avais déjà plus de jambes, j’étais cuit. » Pourtant le préparateur physique était formel sur le bon niveau de forme du joueur. (Autre article sur la relation VMA et mental.)

 

 

 


Le mental a des répercussions observables sur la performance et peut se travailler de manière spécifique.


Au niveau physique, il n'y a pas de problème, les clubs savent s'occuper des joueurs. Mais au niveau mental, qu’en est-il ? A quel moment, la régulation de l’activation est-elle travaillée ? La question peut aussi se poser au niveau de la gestion des émotions, du contrôle des pensées, du discours interne…

 

Car si le mental est un élément clé des matchs à enjeu, il ne suffit pas de le décréter pour le travailler. Le mental peut se travailler de manière spécifique et intégrée aux éléments physique, technique et tactique.  Ceux qui l’ont compris ont souvent un temps d’avance.

Le mental ne garantie pas le résultat, il garantit par contre un niveau de performance, ce qui est déjà bien. En centrant son discours sur « il faut gagner, on va montrer qu’on a un gros mental», le risque est de se centrer sur un élément que l’on ne maitrise pas et donc de créer du stress.

 

 

Crédits photos :

https://goinsports.files.wordpress.com/2015/11/liguedeschampions.jpg

www.lequipe.fr

Écrire commentaire

Commentaires : 0