Améliorer son endurance avec la préparation mentale

Améliorer son endurance avec la préparation mentale

J’ai eu l’occasion de faire une intervention au comité régional de cyclisme des Pays de la Loire afin de présenter la préparation mentale à ses meilleurs jeunes et leurs encadrants.

 

 

Pour évoquer régulièrement cette discipline, je sais à quel point la préparation mentale est méconnue.

Conscient qu'à haut niveau, tout se joue sur des détails, les commentateurs, les athlètes ou les entraineurs convoquent souvent la préparation mentale pour expliquer une défaite. Pourtant, peu savent le travailler spécifiquement et mettre en place une véritable planification de travail en préparation mentale.

 

J’avais donc envie, dans l’intérêt de tous, d’être concret quant aux effets que l’on peut attendre d’une bonne préparation mentale. En gros, répondre à la question : Pourquoi faire de la préparation mentale ?

 

Non, ça ne sert pas uniquement à bien dormir la veille de course… même si c’est déjà beaucoup ! :)
Non, ça ne sert pas uniquement à bien dormir la veille de course… même si c’est déjà beaucoup ! :)

L'endurance : un facteur de la performance

cyclisme, endurance, puissance, VMA, tour de france, raphael homat, préparation mentale, discours interne

Dans un sport cyclique et d’endurance comme l’est le cyclisme sur route, il me semblait intéressant de faire un focus sur l’apport de la préparation mentale dans l’augmentation de l’endurance, c'est-à-dire la capacité à maintenir un pourcentage élevé de VO2Max ou de VMA.

La préparation mentale doit être partie prenante de cette recherche d'amélioration de la performance, elle ne doit pas être menée en parallèle mais intégrée au travail.

 

 

Pour rappel, les 3 facteurs de la performance dans ces sports cycliques d’endurance sont :

 

  1. Le VO2Max : Quantité maximale d’oxygène qu’un individu peut consommer
  2. Le coût énergétique : Quantité d’énergie qu’un individu dépense par unité de distance. Par exemple combien d’énergie me faut-il pour faire 10kms ? un individu gainé aura besoin de moins d’énergie.
  3. L’endurance, qui est un temps de maintien lié au VO2MAX

 

L’entrainement « classique » consiste schématiquement donc à travailler ces 3 axes :

 

  1.  travail intermittent court pour augmenter la vitesse maximale aérobie, résultante de VO2Max
  2.  travail de préparation physique généralisée (PPG) pour réduire le coût énergétique.
  3.  travail intermittent long pour améliorer l’endurance.

 

Vous suivez ? Si vous avez la moindre question ou remarque, utilisez les commentaires en bas de page. ;)

 

Gagnez de l'endurance dans votre canapé : faites de la préparation mentale !

Ces deux-là sont faits pour s'entendre !
Ces deux-là sont faits pour s'entendre !

Bien sûr, ce titre est un peu provocateur... mais il est véridique et il faut le garder à l'esprit.

Dans un sport où le volume horaire est très conséquent, s’orienter vers du travail de plus en plus qualitatif, afin d'améliorer sa performance est salutaire.

 

A 85% de VMA, la première limite est mentale avant d’être physique. Si vous prenez l’habitude, à l’entrainement « visible » (l’entrainement au sein de votre club par exemple) et à l’entrainement « invisible » (lorsque vous êtes chez vous)  d’orienter de façon intentionnelle votre discours interne et vos pensées, alors vous saurez le faire en compétition.

 

Nous avons vu que l’enjeu était important. L’étude en question concerne des athlètes mais dans des sports comme le cyclisme où l’aviron, il y a un enjeu à faire de la préparation mentale, notamment sur des problématiques d’effort max et d’endurance.

 

Recevez votre Pack "Préparation Mentale"

Laissez-moi votre mail et je vous envoie :

- les 10 erreurs en préparation mentale que je vois le plus en coaching.

- Un test pour évaluer votre niveau de stress ou celui de vos proches.

- Mes 3 techniques préférées de relaxation.


Écrire commentaire

Commentaires : 0