Tsonga et Wawrinka

TSONGA et WAWRINKA sont des danseurs

tsonga, wavrinka, embrouille, regard, open, australie, tennis, mental, raphael homat
Alors on danse ?

C’est la première fois que je parle de danse sur ce site et pourtant c’est une activité que j’aime bien, je l’ai pratiquée quand j’étais étudiant en STAPS à Lyon. Je faisais alors de la danse contemporaine.

 

Autre activité que je faisais plus jeune et ne pratique plus aujourd'hui : le tennis, pratiqué durant une quinzaine d’années dans la région lyonnaise. J’aime toujours suivre un match autant pour voir les prouesses techniques que l’opposition tactique et mentale à laquelle se livrent les joueurs.

 

Cette année à l’open d’Australie, nous avons été gâtés avec deux finales dignes de « retour vers le futur » : la finale opposant les sœurs Williams chez les femmes et Nadal contre Féderer chez les hommes. Ce n’est pourtant pas de ce match dont je vais vous parler dans cet article.

 

Il a les yeux révolvers*

J’aimerais revenir sur le quart de finale, toujours à Melbourne, opposant le français Jo-Wilfried Tsonga au suisse Stan Wawrinka.

 

Le premier set se déroule normalement et se conclut au tie-break à l’avantage de Wavrinka. Entre le premier et le deuxième set, les deux joueurs s’interpellent, le Français reprochant au suisse sa manière de le regarder. Voici un extrait de cette conversation :

 

Une prise de tête explicite entre deux joueurs sur un court ? C’est un fait « rare » dans le tennis actuel plus aseptisé qu’à l’époque des John McEnroe, Jim Courier, Thomas Muster… Tsonga dira plus tard, en conférence de presse, après avoir perdu les deux autres sets : « On n’est pas toujours hyper lucide. »

Quoiqu’il en soit, pendant le match, Tsonga s’est senti agressé par le regard de son adversaire.

 

Le tennis se danse... pardon, se joue à deux

Les regards, les attitudes et la gestuelle entre deux points, les « sons » lors des frappes sont de très bons moyens de communiquer. Notre langage corporel est fort et permet de faire passer des messages.

 

Si vous venez de temps en temps me rendre visite ici, vous savez que :

pensée, emotion, performance, sport, mental, performance, raphael homat, préparation mentale, preparateur mental

Ce que l’on appelle la performance dans ce triangle n’est pas seulement la performance sportive. Il s’agit du comportement, de ce qui est visible. Ce triangle met en lumière la relation entre le « dedans » et le « dehors ». Une sportive avec laquelle je travaillais me disait « Quand je suis sereine, ça se voit tout de suite. » On est d’accord ! L’inverse aussi est vrai.

 

Ce qu’il faut comprendre c’est qu’il y a une adaptation de « l’autre » à l’image que vous renvoyez et inversement.

Les prophéties auto-réalisatrices

Différentes études ont montré la puissance de nos pensées, dans ce qui nous arrive. Je n'en parle pas plus car ce sera abordé en détail dans ma prochaine formation (qui sort ce mois-ci !).

 

En voici un exemple, je vais vous parler de mon voisin, oui oui mon voisin !

C’est un coureur de marathon qui joue également au tennis. Un jour, il me dit : «  A chaque fois que je mets un maillot de finisher d’un marathon lors d’un tournoi de tennis, j’aime bien voir la tête de mon adversaire. Dès le début, je le sens démoralisé, comme si j’avais déjà pris un avantage sur lui, alors qu’il ne m’a pas vu jouer. A l’échauffement, je fais exprès de courir partout, de montrer que je suis en pleine forme. Le match n’a pas encore commencé que je me sens dans la peau d’un gagnant et mon adversaire dans celle d’un probable perdant, et je fais tout pour que cela continue ainsi. »

 

Le tango a commencé, le tennis est une danse

Son adversaire se dit sans doute: « Ah il court des marathons ? Pff il doit être endurant et capable de courir aux 4 coins du terrain. Si le match dure, il sera plus en forme que moi ! » Ils subissent et s'adaptent de manière plus ou moins consciente leurs propres croyances.

 

D’un autre côté je dis ça… mais j’en sais rien ! Je ne sais pas ce que pense son adversaire.

 

Je sais juste que mon voisin se sent gonflé à bloc quand il met son tee-shirt et qu’il voit son adversaire le scruter. Il a ainsi des pensées, des émotions et un comportement qui l’aident à exprimer pleinement son potentiel… et peut-être à saper un peu le moral de son adversaire… Si celui ci commence à penser négativement alors une partie du match est déjà perdue. 

 

Ce que l'on pense influence notre réalité (voir aussi une étude où l'on a fait croire à des sportifs qu'on les dopait pendant une semaine) et nous entraine dans un corps à corps d'action / réaction avec notre partenaire de jeu.

 

Le tennis est une danse, je vous l'avais dit.

Cet article vous a plu ? Merci de le partager !

Recevez votre Pack "Préparation Mentale"

Laissez-moi votre mail et je vous envoie :

- les 10 erreurs en préparation mentale que je vois le plus en coaching.

- Un test pour évaluer votre niveau de stress ou celui de vos proches.

- Mes 3 techniques préférées de relaxation.


 

 

* Si le titre "Il a les yeux révolvers" vous a fait penser à une chanson c'est que vous n'êtes pas tout jeune ! ;)

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Gaëlle (vendredi, 03 février 2017 16:47)

    Bonjour,
    Complètement d'accord avec votre article ! C'est clair que Tsonga devrait suivre vos conseils !^^ J'ai suivi la finale Nadal-Federer : quel match incroyable et quels combattants ! Les deux méritaient de gagner...
    *Comment ça, "c'est que je ne suis pas toute jeune" ! Bon, oui, un peu, mais tant que ça !! :-D

  • #2

    Raphaël (mardi, 28 février 2017 20:55)

    Merci pour votre commentaire Gaëlle ! ;)
    Je ne suis pas le blogueur le plus réactif de la Terre !